Et si vous étiez dans l’arène de Street Fighter 2, que feriez-vous ? Chronique d’un JDR oublié

Au détour d’une navigation sur le net, je découvrais que Jeudi JDR ressortait enfin un opus de « Jeudi-JdBières ». Cette émission, parfois faussement bordélique, met en valeur avec indépendance et passion le jeu de rôle, avec des critiques, des rencontres et interviews… Pour l’occasion, cet épisode est tourné dans le caveau d’une taverne qui fleure bon le houblon et donne envie de s’attabler avec ces spécialistes de la narration. Parmi eux, l’auteur et blogueur Antoine St. Epondyle dont je recommande l’excellent site.

Et là, au détour de discussions enflammées, vient un coup de cœur proposé par un invité en forme de redécouverte : Street Fighter – The Storytelling Game. Ecoutant en mode podcast, je stoppais mes tâches chronophages pour halluciner de tout cœur avec l’équipe de la chaîne Youtube. La review est suffisamment parlante pour s’y intéresser (vidéo calée sur la dite chronique).

Après quelques instants de nostalgie à la pensée émue de la salle d’arcade la plus proche du lycée, j’ai fait quelques recherches. Le jeu de rôle est sorti aux Etats-Unis, en partenariat avec Capcom, en janvier 1994 (3 ans après l’arrivée du jeu vidéo sur borne et deux ans après la sortie sur Super Nintendo) ; plusieurs suppléments ont ensuite été imprimés. Ce jeu, jamais traduit en français, est produit par White Wolf Publishing. Pour rappel, c’est la société américaine qui a édité Vampire : la Masquarade, Werewolf, Mage : the Ascension, etc. Voir Street Fighter à coté de ces jeux, pour la plupart axés sur le monde des ténèbres, peut paraitre incongru ; j’admets que cela rend cet ouvrage d’autant plus étonnant.

Lire la suite
Publicités

Les financements participatifs du mois – Maj du 15 Juin 2019 – Jeux de rôles

Faute de trouver un site me permettant d’avoir – de manière synthétique – l’ensemble des financements participatifs du moment en rapport avec le jeu de rôle, je m’y attelle.

Évidemment, vous pouvez aussi trouver des informations au gré des réseaux sociaux ou via certaines chaînes Youtube. Je vais me concentrer prioritairement sur les offres françaises. Si j’en oubliais, tout avis est le bienvenue en commentaire, de même pour d’éventuelles précisions des auteurs en me contactant directement via cette page.


Adventures in Austerion Tunnels of the Kingdom : un jeu français également disponible en anglais, dans une magnifique boite où se mêlent mécanismes du JDR et du jeu de société avec des visuels extraordinaires ; ce jeu signé Guillaume Tavernier est déjà un succès, avec la garantie d’un précédent projet réussi aux délais respectés. Éditions Architecturat.


Sorcières et sortilèges a été financé le 11 juin et se définit comme un jeu de rôle pour enfants de 6 à 13 ans avec des mécanismes simples permettant aux jeunes joueurs d’incarner des sorciers et sorcières lors de courtes parties. Harry Potter n’est pas si loin… Editions Stellamaris

Projet financé le 11 juin.

Potion de vie : un projet de rhum arrangé destiné aux geek dont la pop culture tend clairement vers le JDR. Original.

Le Club : JDR Editions livre un jeu dans lequel les joueurs incarnent des agents très spéciaux puisqu’ils sont eux même des créatures qui doivent protéger le monde des menaces les plus terribles. Des Men in Black monstrueux en quelques sorte…

De Bile et d’Acier, un supplément pour Libreté, JDR que je découvre à cette occasion. Des adolescents luttent pour leur survie dans un futur dystopique aux commandes de méchas qu’il sont mystérieusement seuls à pouvoir diriger. Des références assumées à Evangelion, Seuls et Pacific Rim, le tout sous le système de jeu Apocalypse. Cela donne envie d’en savoir plus.

Avalon, les 7 royaumes, un livre univers Héroic Fantasy, oeuvre d’un jeune créateur âgé de 15 ans, Thomas Reverdy. J’ai une réelle curiosité (mêlée d’admiration) pour ce projet, déjà financé.


Les apprentis sorciers, jeu d’heroic fantasy, permet d’incarner un apprenti sorcier dans un monde décrit comme burlesque, qui n’est pas sans rappeler les œuvres de Terry Pratchett. Au service de l’Archimage, vous devrez sauver un monde disloqué par un grand cataclysme. Posidonia Editions.

City and Crimes ou comment incarner un enquêteur dans un monde où se côtoient créatures mythologiques et de fantasy dans un monde contemporain. Le jeu fait la part belle aux D20 et D100. Un nouveau venu dans l’édition de jdr : City and crime.

Cthulhu hack : lubri monstrorum : les éditions des XII singes proposent une collection de suppléments pour le jeu CTHULHU HACK, déjà chez vos meilleurs vendeurs. Le projet rend hommage à l’univers de Lovecraft avec un graphisme particulièrement évocateur. Je ne peux qu’admirer les objets proposés au lecteur avide d’indicible… même le collectionneur pourrait se laisser tenter. Projet financé le 14 juin.

Projet financé le 14 juin.

Un late pledge pour le JDR Chosen Ones, déjà financé via Ulule fait son apparition sur GameOn. Il s’agit d’un univers de space opéra dans lequel les joueurs sont des élus qui vont porter le destin de mondes entre leurs mains.

Et j’ai failli oublier Runequest, aventures à Gloranthia, la traduction française de la dernière édition de ce grand ancien du jeu de rôle. Ce jeu de rôle mythique et spectaculaire fait son entrée en lice le 15 juin à 20h sur la plateforme. Editions Deadcrows.

Inspiration littéraire pour jeux de rôles – Cristal qui songe

Cristal qui songe de Théodore STURGEON

Editions j’ai lu / coll. science-fiction / 1998

Résultat de recherche d'images pour "cristal qui songe"

Lorsque le jeune Horty est grièvement battu par un odieux père adoptif, il fuit pour être recueilli par une naine au sein d’un cirque ambulant, dirigé par un étrange et glaçant personnage, Pierre Ganneval. Ce dernier a découvert que ses semblables vivent sans le savoir à coté de puissants cristaux dont il aspire au contrôle absolu. Leurs destins vont irrémédiablement se croiser.

Première publication en 1950.

Les inspirations rôlistes d’un livre sans surprise

Livre au charme désuet, assurément poétique et marqué par le vécu de son auteur. La lecture en est aisée ; pourtant, j’ai été peu surpris et finalement peu transcendé.

Lire la suite