Inspirations graphiques – quelques travaux en cours

Un peu touche à tout, j’ai beaucoup dessiné dans mes plus jeunes années, sans oser passer le pas d’un projet de carrière dans le domaine. Je n’ai pas vraiment de regret sur le sujet, tant je pense que je n’étais pas assez passionné pour « travailler à dessiner ».

J’aime juste dessiner pour le plaisir ou pour des projets qui m’intéressent. Ainsi, je m’y attelle régulièrement pour des amis ou à l’occasion de jeux de rôles, pour agrémenter les aides de jeux ou tout simplement au gré de parties inspirantes.

Je fais partager quelques travaux en cours, non terminés, autour de deux projets.

Les publier va m’obliger à avancer dans leurs réalisations. Je précise que ce sont donc des œuvres privées, non libres de droits. Je ne peux empêcher de les utiliser à l’occasion de parties de JDR privées, au contraire, j’en serais honoré. Pour d’autres utilisations, il faudra m’en demander l’autorisation, tout simplement…

On a une sorte de soldat spatial pour un livre dont vous êtes le héros écrit par un ami ; le dessin doit être en noir et blanc pour correspondre à l’imagerie traditionnelle de ce type de bouquin dans les eighties. Je dois terminer de nettoyer le dessin (notamment l’arme), envisager quelques modifications et surtout faire le décor. Idées pour le décor, des écrans d’ordinateur couvrant le mur d’un décor pulp…

dessin-xav-fond-bleu.jpg
Premières esquisse et encrage initial / dessin par Jf Applewood / droits réservés
dessin xav sans fond bleu
Premier encrage / dessin signé Jf Applewood / droits réservés
décor dessin xav
Dessin presque entièrement nettoyé avant le décor / Dessin par Jf Applewood / Droits réservés
perspective décor xav
Structure du décor / Dessin par Jf Applewood / droits réservés
dessin nettoyage et perspective 3.jpg
Un premier essai de placement du héros / Dessin par Jf Applewood / droits réservés
dessin nettoyage perspective et alien et coudes1
Quelque chose rôde dans cette base spatiale / Jf Applewood / droits réservés

Ensuite, pour le plaisir, j’ai également débuté une « peinture » sur Sketchbook (le logiciel). Je n’avais jamais fait de décor par ordinateur, donc je m’y essaie ; tout retour est le bienvenue. Je dois terminer le dessin du personnage dans le désert et apporter quelques détails au dessin final (genre un squelette dans le sable voire la fumée d’un vaisseau qui se serait écrasé dans le lointain).

décor test.jpg
Premiers essais sur le placement général de la scène / Dessin par JF Applewood / droits réservés
décor test 1
Précision de l’arrière plan et placement du héros / Dessin par JF Applewood / droits réservés
décor test 2
Changement premier plan plus cohérent / Dessin par JF Applewood / droits réservés
décor test 4.jpg
Et si ce personnage avait une cape ? / Dessin par JF Applewood / Droits réservés

A suivre…

Publicités

Jdr Mag 44 Hiver – la critique

Critique rapide du numéro hivernal de JDR Mag avant la parution de l’opus printanier.

Quel rassurant plaisir de trouver un magazine de jeu de rôle sur les étals de son libraire préféré, sans avoir à courir les boutiques spécialisées d’un distant centre ville, sans avoir à s’abonner ou à guetter un éventuel pdf égaré sur le web…

IMG_20190310_105706_resized_20190310_110143541.jpg
Winter is coming…

Bref, pour la deuxième fois dans ma nouvelle vie de rôliste, j’ai acheté un magazine consacré au jeu de rôle : le JDR MAG n°44.

Mes précédents achats à une époque lointaine, très lointaine, portent des noms oubliés de beaucoup : Backstab, Dragon magazine… Il y avait aussi Casus Belli, seule relique ayant survécu ou plutôt revécu plusieurs fois pour briller encore sur le devant de la scène, mais loin des kiosques des marchands de journaux, préférant un modèle économique d’abonnement aux risques financiers limités.

Pourtant, j’ai d’abord hésité. Dans un réflexe primaire, j’ai jeté un œil au précieux ouvrage. Certes, des belles illustrations, une maquette soignée, du papier de belle qualité m’ont titillé la rétine mais les scenarii proposés m’ont fait penser qu’une fois encore, cela n’était pas pour moi. Je me suis pensé trop à la ramasse, encore en train de jouer à des jeux sortis au siècle dernier, et incapable d’être à la page ; même le scénario Cthulhu se joue dans l’espace…

Je vous joins une ambiance sonore pour le scénar passé en revue plus loin :

Puis, je me suis rendu compte que certains articles du trimestriel faisaient écho à des sujets traités également sur ce blog. De plus, j’ai compris que ce qui était mis en avant avait été testé par des joueurs, avec notamment un test du très tentant « Tales from the loop ».

J’ai alors fait chauffer la carte bleu, l’ouvrage, certes joli, atteignant les « presque » 10 euros (9,5 euros). Là, on est d’accord, je suis médisant car l’ouvrage contient 114 pages d’une qualité graphique exceptionnelle ; il reste donc à s’attaquer au contenu.

Je vais essayer de faire une critique constructive de l’ensemble, sans être exhaustif.

La fin de l’abonnement

C’est l’annonce de l’éditorial du directeur de publication qui a visiblement fait le plus parler sur le net. Je m’étonne un peu de cette annonce bien que je ne me sente peu concerné. J’aime voir ce que je vais acheter, si bien qu’ouvrir mon exemplaire et le feuilleter fiévreusement avant de l’acheter n’est pas un plaisir feint. J’ajoute que l’éditeur propose dorénavant d’en acheter une version numérique à moindre coût, ce qui peut sauver ceux qui veulent faire des économies voire les malchanceux, éloignés de toute maison de la presse digne de ce nom.

Le lien vers la version numérique du JDR Mag.

Les notules ludiques

C’est la partie « news » du front rôliste. N’étant pas forcément à la recherche de la dernière hype ludique, j’y butine des informations pour m’informer et animer les apéros juste avant les parties…

Le dossier

Le thème : les cartes et plans dans le jeu de rôle.

IMG_20190310_105927_resized_20190310_110141738.jpg

Comment ne pas trouver cet article pertinent ? J’ai toujours été persuadé de l’apport de l’objet pour faciliter l’imprégnation et débrider l’imagination, mais je n’en avais pas envisagé tous les aspects. Bref, vous y trouverez de l’analyse (qui m’a semblé un peu bavarde tout de même) sur l’usage des plans et cartes dans le JDR mais aussi des idées concrètes pour en faire de réels apports narratifs !!

C’est le point fort du magazine !!

Mon billet (sur ce blog) sur le même sujet n’en devient qu’un pâle et lointain supplément…

Les critiques de jeux / rubrique « On y a joué »

Jeux critiqués :

  • Star Trek Adventures
  • Star Wars Les Chroniques du Gardien
  • Tales From The Loop
  • La France des Années 80
  • Numenera – Au Coeur de la Nuit

Jouer à un JDR pour donner son avis ; je trouve que c’est un excellent concept, éloigné de logiques de consommation expresse. Il n’est pas question d’être le premier à dire quelque chose d’un jeu après l’avoir feuilleté en vitesse, mais bien d’avoir appréhendé le bouquin par l’expérience de jeu. Pour preuve de mon intérêt pour la rubrique, j’ai lu avec attention les critiques de jeux sans savoir si je pourrais y jouer un jour. Bon j’avoue, Tales from the loop me tente depuis un moment… pour le reste, je vois mal mes potes renouveler leur gamme star wars D6, ou devenir fans de Star Trek ; pourtant les tests sont clairs, les règles expliquées rapidement, les scénarios éventuels critiqués, bref, c’est du tout bon.

Les scenarii et aides de jeux.

  • Défaire le Trône (Into the Odd)
  • Notre Père Qui Es Aux Cieux (Appel de Cthulhu)
  • Napalm Beach (One%)
  • Dessert E-427-53DN (Recette SF)
  • Ferengis Au Rapport ! (Star Trek Adventures)

C’est forcément ce qui m’a semblé excluant. J’ai bien compris qu’il y a une volonté de proposer une certaine diversité de jeux de rôles et de styles d’aventures. Relativisons en envisageant cela comme l’occasion pour un vieux geek de découvrir de nouveaux jeux…

En résumé, on a une histoire à jouer pour le jeu Into the Odd dans un monde steampunk post-renaissance ; un autre pour One%, dans l’univers impitoyable des bickers (mention spéciale au style graphique proche des illustrations du jeu vidéo GTA), mais aussi un scénar pour Star Trek adventures (pas besoin de préciser le thème du jeu en question). J’ai parcouru d’un œil distrait l’ensemble, les synopsis ayant l’air intéressants, les images particulièrement évocatricesJ’ai plus porté mon attention sur le bon vieux scénar cthulien.

Et là, première surprise : le thème et l’époque, je suis un peu largué ; çà se passe dans l’espace à une époque contemporaine… Deuxième surprise : c’est en fait un one-shot avec des personnages pré-tirés, et là je dis génial, pour faire une pause dans une lourde campagne des années folles ou initier d’autres potes au concept du JDR.

IMG_20190310_105732_resized_20190310_110142659.jpg

Après avoir lu attentivement cette aventure intitulée « Notre Père que es aux cieux… », je me dis que l’idée développée est pas mal, sans être très originale, et qu’elle peut s’avérer très efficace à condition d’un peu de préparation. La mise en place me semble nécessiter pour le MJ d’avoir un peu d’expérience, pour parvenir à décrire les scènes d’horreur sans tomber dans le grotesque, pour être capable de brouiller les pistes, mais aussi pour instiller des enjeux secondaires (soit avec des missions annexes, soit tout simplement parce que certains veulent retrouver leur famille sur Terre). Aussi, un portrait de chaque protagoniste aurait été pas mal même s’il reste relativement facile de palier ce manque. En résumé, j’ai bien envie de tester ce scénario – agrémenté par les auteurs d’images et aides de jeux superbes – mais en modifiant certains aspects pour le rendre plus mystérieux, afin que l’horreur soit plus suggérée, notamment à l’intérieur de l’astéroïde…

Les inspirations

La partie « inspirations » est passionnante, avec la découverte personnelle d’un auteur un  peu passé dans l’oubli, Ferdynand Ossendowski, et de deux autres romans aux histoires sombres. Il est intéressant d’y trouver des vrais idées pour les parties au delà de l’agréable découverte. Cependant, j’ai tellement de livres à lire que ceux-ci devront attendre.

IMG_20190310_110057_resized_20190310_110140031.jpg

Les articles « Aspirine »

Au sein de différents articles dont certains mettent en valeur la scène associative, j’ai lu l’article sur la spéculation dans le JDR, forcément dans l’air du temps.

Qui n’a pas prêté un exemplaire sans jamais le revoir en espérant remettre la main dessus sur le net pour découvrir, effaré, les prix pratiqués par bons nombres de revendeurs…

Un autre article sur les parties filmées Youtube m’a également renvoyé à un article déjà rédigé sur ce blog mais avec un angle différent. J’ai pu y découvrir Dan Harmon (vidéaste sur Youtube) et le point de vue de l’auteur de cet article avec un propos plus ancré dans la narration, et particulièrement (trop?) exigeant. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé l’ensemble pertinent et bien construit.

En conclusion

Ce magnifique numéro 44 m’a semblé justifier l’investissement, avec nombres d’articles qui peuvent servir d’inspirations pour de futures parties. De plus, il est relativement agréable de lire l’ensemble ; seuls peut-être les scénarios ne correspondent pas exactement à mes besoins du moment, mais comme je l’ai dit précédemment, j’en suis pour l’instant au recyclage de nos vieux jeux.

Car, viendra un jour le moment pour nous, vieux rôlistes, de délaisser le charme désuet de nos grimoires monochromes pour nous lancer dans un JDR moderne…

 

Inspiration littéraire pour jeux de rôles – Les voies d’Anubis

Les voies d’Anubis de Tim Powers.

img_20190201_171125_resized_20190213_065501960-e1550097702100.jpg

Court résumé

Un roman d’aventure publié en 1983, trépidant et furieusement pulp, dans une magnifique édition aux bords dorés (Bragelonne) ; il y est question de voyage dans le temps, de complots étranges et de magie, dans un univers aux accents steampunk (roman considéré comme un des fondateurs de ce mouvement).

Brendan Doyle, professeur spécialiste de littérature du 19ème siècle, est engagé pour participer à un voyage temporel afin de donner une conférence sur un de ses auteurs favoris. Cependant, bloqué dans le passé, il tente de survivre, aux prises avec des bohémiens mystérieux, un clown sinistre régnant sur une guilde de mendiants puis des sorciers voulant changer le cours de l’histoire pour redonner sa force à l’Egypte ancienne.

Un vrai plaisir.

Cette aventure, dans la veine de certains films d’aventure des années 80, ferait un parfaite adaptation en série tv.

A écouter avec des BO de films comme « Indiana Jones », « la Momie », voire avec celle du jeu vidéo « Black Flag » (musique terriblement efficace).

 

Des idées à piocher pour le JDR (si vous ne voulez pas lire le livre) :

Lire la suite

Godless – une série Netflix qui donne envie de tâter du western en JDR

En rédigeant cet article sur une nouvelle série Netflix, je me suis demandé s’il était pertinent de faire de telles critiques, d’autant que, vous allez le comprendre assez vite, j’ai beaucoup aimé cette série.

Puis m’est revenue à l’esprit cette terrible réalité : j’ai d’autant plus apprécié ce programme que j’ai éprouvé peu d’intérêt pour d’autres, déjà reléguées dans la mémoire morte dans mon disque dur cervical. Grâce à des séries qui m’ont profondément gonflé comme Travelers alias les voyageurs du temps (un groupe vient du futur pour sauver le monde perd toute crédibilité en quelques épisodes) ou Black Lightning (poncifs et manque d’imagination pour un super héros électrique sorti de sa retraite anticipée), j’ai pu pleinement apprécier la qualité de Godless.

La série western de Netflix

Un groupe de gangster sans foi ni loi sème la terreur dans l’Ouest lointain à la poursuite d’un de ses membres en fuite. Le gangster en quête de rédemption est arrêté par le shérif d’une petite ville, « La Belle », ayant perdu deux ans plus tôt la quasi-totalité de ses hommes dans l’accident de la mine d’argent locale.

Image associée

Vous vous dites sûrement que le pitch est bien classique et le traitement l’est, en ce que cette série Netflix, produite par Steven Soderbergh, écrite et réalisée par Scott Franck (réalisateur que je découvre à cette occasion) a tous les autours du western.

Le décorum, fait de grands espaces et de villes emblématiques, s’avère spectaculaire. De même, en plus de thèmes classiques autour de la vengeance et la rédemption, on y retrouve des archétypes fidèles au genre : méchant charismatique et terrifiant, shérif vieillissant et son jeune disciple, héros résiliant au grand cœur, quelques indiens, des cow-boys crasseux et souvent malhonnêtes… Pourtant, à ce schéma traditionnel, s’ajoute l’idée de donner une place plus importante à un groupe de femmes de cette ville de « La Belle ». Et c’est bien là le tour de force de cette mini-série concentrée sur une unique saison de 7 épisodes. On suit avec passion les aventures quotidiennes des nouvelles maitresses de « La Belle » face aux convoitises de personnages peu scrupuleux.

e1c8d5ed857a9b9014ac88ca9c9ffded

Aux portraits d’hommes qui parcourent ce récit, répondent des femmes, majoritairement veuves, aux destins atypiques, aux choix forts, face à la nécessité de se débrouiller seules.

Outre l’esthétisme envoûtant de ce Far West, tout semble parfaitement plausible tant les personnages sont bien campés : de la mère célibataire qui élève des chevaux en compagnie de sa belle-mère indienne à l’ancienne prostituée devenue maitresse d’école, en passant par la riche veuve en fuite.

Godless-Frank-Griffin-Jeff-Daniels-is-hunting-Roy-Goode-and-he-might-be-hiding-in-Le-Belle-New-Mexico

Le « prêcheur » Frank Griffin, chef de meute, habité par Jeff Daniels, est le méchant ultime, autant fascinant qu’effrayant. Il me semble que la série joue parfaitement avec cette ambivalence du personnage, qui se décrit comme un sauveur tout en étant capable des pires massacres. Une des premières scènes du film, extrêmement violente, nous fait découvrir immédiatement sa propension à la tuerie. Je me dis que cette scène, ne laissant aucun doute sur la folle barbarie de Griffin et sa bande, nous faisant forcément le détester, a pu empêcher certaines personnes d’aller plus loin. La couleur de la série est annoncé : bienvenue dans un monde mortel où règne la loi du plus fort.

Michelle Dockery, l’actrice anglaise qui joue Alice Fletcher, mère célibataire, éleveuse de chevaux, rebelle et mystérieuse, est d’une beauté renversante. Je lui trouve une présence et une classe folle. Le moment venu, elle devient complètement badass, au même titre qu’une des femmes fortes de la ville, Marie-Agnès, sœur du shérif, et amoureuse de l’institutrice, incarnée avec sensibilité par Merrit Wever. Elle est la protectrice ultime de sa ville et ses habitants.

La scène finale semble se dessiner inexorablement pour tenir finalement toutes ses promesses. J’avoue m’être étonné d’être saisi par l’émotion à la fin de la série, d’autant plus belle qu’elle n’a pas de suite.

Je ne peux révéler tout le contenu de Godless, western désespéré au visuel soigné, immersif dès le générique, car j’ose espérer que quelques lecteurs iront dévorer fiévreusement une des meilleures séries « netflixiennes ».

 

Et le jeu de rôle dans tout çà ?

Lire la suite

Le résumé en vidéo de la saison 2 de CTHULHU

Toujours dans une recherche de ressources graphiques pour immerger les joueurs (cf . mon article sur les plans dans le JDR) mais aussi pour garder trace des soirées passées à chasser les infâmes rejetons des Grands Anciens ; je vous propose le résumé vidéo transmis aux joueurs suite à leurs récentes aventures dans l’univers de l’Appel de Cthulhu.

Le ton de l’aventure était résolument pulp, même si cette soirée manquait sans doute de surprises majeures. Je pourrais aisément faire une chronique sur les erreurs à ne pas commettre lors d’une partie, car, en tant que maitre de jeu, j’ai quelque peu bafouillé mon scénario, trahi par la technologie, avec la perte de ma playlist, et sans doute fatigué par ma semaine, comme en témoignent quelques lapsus malheureux. Les joueurs avaient l’air satisfait et me l’ont ensuite confirmé, mais je pense qu’il reste un arrière-goût de « peux mieux faire » qui traîne dans les méandres de mon esprit perfectionniste.

Je retravaille donc le scénario avant de le proposer en pdf avec un résumé plus exhaustif de l’interprétation faite par mes amis joueurs.

J’ajoute que j’ai utilisé un site de création dans sa version gratuite : Lumen5, conseillé par un autre site, qui mérite amplement d’être cité : geek-powa.fr. Ce site dispose également d’une chaine Youtube.

Une histoire de « bons » plans – Aides de jeu pour JDR contemporains (Cthulhu).

AVANT-PROPOS

Les cartes urbaines et autres plans de bâtiment sont autant d’invitations au voyage. Je me rappelle avoir pesté devant les descriptions trop légères d’un maître de jeu (MJ) pressé d’en découdre, pour finalement être à mon tour trop minimaliste lorsque mon tour fut venu de diriger une partie (surtout en fin de soirée, éreinté par les apparitions horrifiques). Pour palier à cela, je m’organise dorénavant pour donner une ambiance visuelle afin de guider l’imaginaire de joueurs..

Je compile depuis un moment des liens vers des sites sur un sujet récurent dans les parties de JDR (jeux de rôle) : les photos et les plans. Il sera donc question ici de la représentation des lieux lors d’une partie au service du MJ.                                                      Je n’évoquerai donc pas les ressources utiles pour dénicher des photos de personnages ou autres fac-similés de documents pour égayer vos parties, j’y consacrai d’autres chroniques. De plus, cet article, concentré de prime abord sur l’Appel de Cthulhu 1920, n’a pas vocation à être exhaustif mais regroupe des ressources utilisables dans nombres de JDR principalement contemporains.

Lire la suite

Mindhunter – une série Netflix au secours des PNJ « déviants »

Série réalisée par David Fincher, diffusée en 2017, Mindhunter aborde, de manière passionnante, un sujet qui a tout de suite attiré mon attention : les premiers pas du profilage ou de la criminologie dans la police et plus particulièrement au sein du FBI à la fin des années 70.

Le protagoniste, Holden Ford, agent spécial du FBI, est basculé sur des missions de formation après une négociation qui tourne mal avec un preneur d’otage. En perpétuel questionnement, il en vient à vouloir comprendre les passages à l’acte au point de vouloir analyser le comportement des tueurs en série. Aidé par son coéquipier – Bill Tench – dans les sessions de formation d’agents de police sur le terrain, il profite de ses semaines de déplacement, pour commencer à rencontrer directement en prison des condamnés à des crimes atroces (et parfois donner des coups de main à la police locale). Puis son travail prend de l’importance, malgré les premières oppositions hiérarchiques, et devient même scientifique avec l’apport du docteur Wendy Carr, psychologue et universitaire.

Je vous laisse le soin de découvrir cette série sur NETFLIX si vous avez la possibilité, car cela vaut le détour.

Pour information, cette histoire est tirée d’une histoire vraie. L’histoire est forcément romancée, les héros modifiés mais les meurtriers sont inspirés, avec détails, des originaux.

Quelles inspirations en tirer ? 

Lire la suite

Inspirations

C’est pour le moins étonnant, ce groupe de héros en quête des plans de l’étoile noire me fait penser furieusement à un groupe de joueurs foireux mais courageux dans une partie effrénée de STAR WARS.

Quant à ces ados des années 80 à la recherche de leur ami mystérieusement disparu sous l’ombre menaçante d’une entité étrangement lovecraftienne ; on dirait « les Goonies chez Cthulhu ».

Lire la suite

Saison 2 – Cthulhu le retour du jeu de rôle – le scénario « le temple du Dieu Serpent » à venir…

Avant-propos

Pour précision, il s’agit de la suite des aventures des personnages joueurs (PJ).

Dans la première saison (le temps de trois sessions), durant l’hiver 1919, ceux-ci ont combattu et fui des Profonds sur la côte du Massachusetts, puis mené l’enquête sur un riche entrepreneur porté disparu, avant d’être aux prises avec des gangsters locaux et des hybrides étranges, pour finalement retrouver le magnat et de débarrasser de leur adversaires. Mais cela ne sera pas sans conséquence…

La base du scénario de la saison était tirée d’un très bon scénario d’introduction au mythe  : bonne année 1920, trouvable sur l’indispensable site cthonien : TOC (trouver objet cachet).

cropped-1377198.jpg

Lire la suite

Le voyeur du JDR : sur Youtube, je zappe et je matte !!

J’avoue une fascination pour les vidéos de jeux de rôles sur table.

Je peux comprendre que cette phrase puisse paraitre quelque peu étrange. C’est le principe même du jeu de rôle d’être autour d’une table pour vivre des aventures imaginaires. En être seulement spectateur aurait paru totalement abscons en d’autres temps. Je m’imagine expliquant à mes parents dans les années 80-90 que je préfère mater des rolistes sur l’ordi plutôt que de retrouver mes meilleurs potes. J’aurais fini en consultation. Il faut dire qu’avec un MO5 avec lecteur cassette, je ne serais pas allé très loin… (Ceux qui ont souri en lisant ces lignes doivent l’admettre, il sont certainement au moins aussi vieux que moi.)

Le jeu de rôle a finalement entamé avec succès sa révolution numérique, entre réseaux sociaux, crowdfounding, sites internet et jeux de roles en ligne.

Et je suis le premier client de toute cette offre, c’est ce qui a contribué – avec cette nostalgie à la con du quarantenaire – à rouvrir la taverne (ou plutôt le speakeasy pour Cthulhu) de mes amis joueurs.

Si je prends un plaisir certain à suivre les aventures d’autres joueurs via des parties filmées, il faut cependant admettre que j’ai tendance à écouter les vidéos plus que les regarder.

Je vais donc vous présenter dans cette rubrique les chaines youtube de diffusion de parties de JDR dignes d’intérêt, selon moi. J’y mélange parties filmées, parties audios, mais aussi parties en ligne filmées (oui, c’est possible, et même le + courant).

Je vais commencer avec ce que j’ai vu en premier sur Youtube, il ne s’agit donc pas d’un classement mais d’une liste non exhaustive classée par ordre de découverte. Cette page sera remise à jour régulièrement. Je précise que je ne serai pas exhaustif ; je ne parle que de ce que j’ai vu et apprécié (vous trouverez les liens vers les chaines concernées) :

Lire la suite